supervisé par notre cabinet d’avocats

Christophe Marais-Laforgue

Acteur majeur du service de proximité

 

INTERVIEW DE CHRISTOPHE MARAIS-LAFORGUE

Président du directoire de Local.FR.
Par Stéphane Alaux, Expert E Réputation
Fondateur du cabinet E Réputation Net Wash

M. Christophe Marais-Laforgue nous explique les raisons du succès de ce nouveau service qui apporte de la visibilité à nos artisans et TPE en local.

1/ Quel est votre parcours, votre formation ?

Christophe Marais-Laforgue : J’ai une formation bac+2 (BTS), et je suis entré dans la vie active à 23 ans après mon service miliaire…

2/ Quels sont vos débuts dans le domaine professionnel ?

Christophe Marais-Laforgue : J’ai commencé comme commercial au sein du groupe Havas, je vendais des espaces publicitaires dans le quotidien régional Ouest-France, auprès de PME vendéennes. Mes bons résultats m’ont permis de gravir les échelons de différentes filiales du groupe Vivendi puis du groupe de presse quotidienne régionale « Sud-Ouest » dont j’étais le Directeur Général jusqu’en 2010.

3/ Pourriez-vous nous parler de l’un des événements marquants au cours de votre expérience professionnelle ?

Christophe Marais-Laforgue : Après 27 années de succès et de forts développements commerciaux aux différents postes occupés, j’ai été confronté à la crise de 2008. Dans la foulée de la crise des « subprimes » aux Etats-Unis, le marché de la publicité locale a été très fortement impacté, passant en quelques semaines d’une tendance de croissance de chiffre d’affaires à une chute brutale (de l’ordre de -20 à -30%). Cette dégradation brutale des recettes publicitaires des médias « papier » (journaux nationaux et locaux, annuaires, …) est la conséquence de la combinaison d’une crise de l’activité économique et de l’apparition de supports numériques beaucoup moins coûteux. Les conséquences de cette situation ont été dramatiques pour les entreprises du secteur, et cela ne s’oublie pas.

4/ Quelle est l’origine de Local.fr ?

Christophe Marais-Laforgue : Local.fr est le nouveau nom d’une société qui existe depuis 30 ans, dont le métier historique était la réalisation et la diffusion d’annuaires professionnels locaux : Amitel SA.
Depuis 2013, date de mon arrivée à la tête de l’entreprise, nous avons opéré un virage stratégique en capitalisant sur les points forts de l’entreprise : un réseau commercial capable de rencontrer les PME locales, une marque très forte : local.fr, une structure centrale organisée et des outils permettant d’accompagner une relance de la société. En complément de ces atouts, nous avons mis sur pied une offre de communication numérique pour les professionnels locaux : simple et efficace, leur permettant d’être présents sur le web pour un budget très raisonnable. L’enjeu est de proposer une prestation complète avec un rapport qualité/prix mieux disant que les nombreux acteurs de ce domaine ultra concurrentiel.

5/ Il existe un acteur bien connu de tous, les « pages jaunes » pour ne pas les citer. Quels sont vos avantages concurrentiels par rapport à cette structure ?

Christophe Marais-Laforgue : Nous ne sommes pas en concurrence frontale avec le groupe Solocal (nouveau nom de la holding de l’entreprise « pages jaunes »), nos prestations sont différentes, nos prix sont différents, nos produits sont différents, même si certains d’entre eux peuvent se ressembler…

6/ Avez-vous la même cible, le même marché que cet acteur nationalement représenté ?

Christophe Marais-Laforgue : Nous avons bien sûr des annonceurs qui sont présents chez eux, ou chez d‘autres prestataires, à local.fr de mettre en avant ses arguments, parfois pour des services qui peuvent être complémentaires.
Local.fr est une PME à taille humaine, en croissance forte sur une activité nouvelle, soucieuse d’apporter un service de qualité à un prix compétitif : un petit acteur qui monte…

7/ Vous mettez souvent en avant la visibilité internet et le référencement ?

Christophe Marais-Laforgue : Les PME françaises sont très en retard sur le web par rapport aux autres pays Européens, et encore plus nettement par rapport aux pays anglo-saxons (USA, GB). La présence sur internet est un enjeu majeur du développement des entreprises, et 45% des PME n’ont pas de site et cela pèse sur leurs performances.
La visibilité commence par la réalisation d’un site (vitrine ou E commerce), et l’optimisation de son référencement. C’est un vrai travail de la part de nos équipes de création graphique et de rédaction pour obtenir un résultat satisfaisant, prenant en compte les algorithmes des différents moteurs de recherches.
J’ajoute que pour être performant sur ce sujet, la plate-forme technique (CMS) choisie est d’une importance colossale, c’est pour cela que nous avons depuis le début fait le choix de développer en interne un outil appelé « webtool ». Cet outil déployé en mode SAAS permet à tous nos clients de bénéficier en temps réel des innovations que nous apportons via une nouvelle version pratiquement tous les 6 mois, et nous travaillons actuellement sur une version très novatrice, qui sera déployée à la rentrée. Preuve de la pertinence de cet outil, nous venons de gagner un appel d’offre européen pour équiper un important éditeur de presse suisse.

8/ Quelle est l’ambition de Local.fr ? Sa couverture à termes ?

Christophe Marais-Laforgue : Nos derniers résultats nous confortent dans notre ambition initiale : devenir un acteur majeur du secteur.
Notre chiffre d’affaires était de 3,7 M€ en 2013 et il dépassait 9,5 M€ en 2016. Nous ouvrons 2 agences par an, en moyenne, et nous voulons continuer sur ce rythme à la fois ambitieux et raisonnable pendant quelques années. Il ne faut pas risquer la crise de croissance et dégrader nos performances ou nos services, et je salue le travail des équipes en région et au siège qui permet cette évolution impressionnante.
Je rappelle que nous sommes accompagnés dans cette stratégie par le leader des télécommunications suisse, le groupe Swisscom.

9/ Quelles sont les valeurs de l’entreprise, ses engagements ?

Christophe Marais-Laforgue : Nous sommes très engagés dans l’amélioration permanente de la qualité de nos services afin de satisfaire nos clients. Cela passe par de la formation, des outils de mesure et des process rigoureux. Mais pour satisfaire nos 7 000 clients cela reste une attention de tous les instants.
Les valeurs fortes de local.fr sont relayées auprès de chaque collaborateur : esprit d’équipe, respect, performance, transparence et proximité. Et c’est sur ces valeurs que nous appuyons chacune de nos actions.

10/ Quel est l’objectif du taux de renouvellement que Local.fr cherche à atteindre ?

Christophe Marais-Laforgue : Le taux de renouvellement est un bon baromètre de la satisfaction client. Aujourd’hui nous sommes proche des 70% des clients existants qui témoignent leur confiance à local.fr en choisissant de prolonger leur contrat à l’issue de la période initiale (de 24, 36 ou 48 mois). Dans ce domaine, c’est un excellent taux, mais nous nous employons à le faire évoluer.

11/ Qui dit « Visibilité locale », dit Problème « d’E Réputation » à termes. Comment gérez-vous ce problème devenu majeur sur le web ?

Christophe Marais-Laforgue : Si vous parlez de l’E Réputation de local.fr, votre question m’inspire une citation du célèbre publicitaire Jacques Séguéla que l’on pourrait adaptée : « Ne dites pas à ma mère que je vends des sites internet, elle me croit pianiste dans un bordel !». La réputation des entreprises qui vendent des sites web pâtit de l’ultra concurrence qui sévit dans ce domaine depuis de nombreuses années et nous sommes très vigilants sur ce sujet.
Quelques vérités nous concernant : nous ne travaillons pas avec des leaseurs, nous appliquons scrupuleusement la loi Hamon (pas de règlement avant un délai de 8 jours, possibilité à tout professionnel ayant 5 salariés ou moins de se rétracter de son contrat sous 14 jours), nos commerciaux et/ou le service client suivent les clients tout au long de la vie du contrat, les statistiques de performances du site sont à la disposition des clients,…
Le risque zéro erreur n’existe pas, mais nous corrigeons rapidement lorsque cela se produit, il en va de l’image de l’entreprise et nous ne jouons pas avec celle-ci.

Ils nous aiment !

 

    

  

Ils nous détestent !

   

 

 

Ils parlent de nous !