supervisé par notre cabinet d’avocats

ROBERT OTTAVIANI

De l’assurance à la mutuelle communale

 

INTERVIEW DE ROBERT OTTAVIANI

Directeur Général de Traditia et gérant de Traditia Immobilier et Président de l’Assurance de la Fonction Publique Territoriale.
Par Stéphane Alaux, Expert E Réputation
Fondateur du cabinet E Réputation Net Wash

Robert Ottaviani n’est pas seulement le Directeur Général Associé de Traditia, mais l’inventeur de la « mutuelle communale », dont il nous en explique les avantages dans l’interview ci-dessous.

1/ Pourriez-vous nous en dire un plus sur votre formation, votre parcours ? Car je crois savoir que vous êtes autodidacte ?

Robert Ottaviani: Effectivement, j’ai vécu une scolarité chaotique suite à laquelle j’ai quitté l’école sans diplôme ni qualification. A 18 ans, Je fais mes premiers pas dans le monde du travail comme ouvrier dans l’industrie du câble. Je navigue ensuite de petits boulots en petits boulots. En 1995, je tente ma chance et je postule pour devenir responsable d’agence dans une compagnie d’assurance. Mon profil atypique séduit et ma candidature et retenue. Les résultats de ma petite agence de Bourgogne sont très prometteurs. Je pense enfin avoir trouvé ma voie. J’évolue en interne et je deviens, en 1999, inspecteur en assurances de personnes. Responsabilités que j’occuperais au MMA puis chez GENERALI jusqu’en 2009. Mes résultats commerciaux sont très satisfaisants mais au fond de moi il manque une étape à mon parcours. Un besoin de faire reconnaitre mes compétences par un diplôme de l’éducation nationale.
En 2003, j’entreprends d’obtenir un BTS Assurances grâce à la validation des acquis. BTS que j’obtiens en 2005 et qui est une étape vers l’obtention d’un MASTER II en gestion du Patrimoine Privé. A la fin de l’année 2017, j’obtiens mon MASTER II à la faculté de Bordeaux IV. Une période difficile où il a fallu conjuguer la vie familiale, la vie professionnelle et les études. En 2009, la compagnie d’assurance pour laquelle je travaille se restructure et je suis licencié faute d’avoir trouvé un accord satisfaisant dans l’emploi proposé. 3 jours après mon licenciement, je crée Archange Conseil et Patrimoine, société de courtage d’assurance spécialisée dans la gestion de patrimoine et la protection sociale. En 2011, je crée, en complément de ma structure, l’Assurance de la Fonction publique Territoriale. Société destinée à la couverture santé et prévoyance des fonctionnaires territoriaux et particulièrement des policiers municipaux. C’est à cette occasion que j’écris les contrats FLEXI-PLUS Santé et FLEXI-PLUS Prévoyance. Contrats qui recevront le LABEL D’EXCELLENCE des dossiers de l’épargne en 2014. En 2014, après avoir été consultant en développement commercial dans une mutuelle niortaise, je fusionne mon cabinet avec TRADITIA, cabinet Bordelais de gestion de patrimoine privé dirigé et créé par Philippe de Saint Seine.

2/ Vous avez fait un passage dans l’armée, vous en reste t-il de bons souvenirs ?

Robert Ottaviani : Après mon premier emploi, j’ai pensé me tourner vers une carrière militaire. Je me suis porté volontaire, dans le cadre de mon service national, pour intégrer un régiment de parachutistes. C’est le 9ème régiment de Chasseurs Parachutistes basé à Pamiers qui m’a accueilli. J’ai passé 24 mois au 9ème RCP, régiment appartenant à la Force d’Action Rapide, d’où je suis sorti sous-officier après avoir effectué un peloton d’élèves sous-officier (PSO). Nous avons durant cette période était mis à rudes épreuves tant physiquement que moralement. Marches de nuit, stage commando, manque de sommeil, activités sportives intensives étaient notre quotidien. Je pense que cette période est une période qui a contribué à construire ma personnalité. J’ai appris à aller au bout des choses, à ne jamais renoncer, à me dépasser et que rien n’est impossible. Je suis fier d’avoir servi dans le corps des parachutistes. J’ai rencontré des gens exceptionnels par leur humilité, leur esprit de camaraderie, leur dévouement et leur loyauté. Près de 30 ans après, je garde cet esprit parachutiste dont je continue de cultiver les valeurs et que je m’efforce de transmettre à mes enfants.

3/ Votre vie professionnelle ne démarre-t-elle pas réellement avec votre entrée chez MMA ?

Robert Ottaviani : Je ne pense pas. Tous les petits boulots que j’ai exercés avant mon entrée au MMA m’ont permis, directement ou indirectement, d’appréhender comme il se doit la chance qui m’était offerte et surtout de ne pas passer à côté. Cela n’était pas gagné d’avance. Je n’avais jamais fait d’assurance auparavant et je n’avais pas d’expérience dans le développement commerciale d’une agence. Juste 6 mois de formation dispensée par les MMA. Le monde de l’assurance m’a tout de suite passionné. Ce contact avec les gens, les écouter, les aider dans les moments compliqués est pour moi enrichissant, on se rend utile. Les MMA m’ont permis de trouver une stabilité professionnelle et de me permettre de trouver ma voie. Voie qui a un peu évoluée mais que je continue à suivre encore aujourd’hui.

4/ Aujourd’hui, Directeur Général Associé de Traditia, quel parcours ! Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur les activités de votre structure bordelaise ?

Robert Ottaviani : Traditia est une société créée en 2007 sous l’impulsion de Philippe de Saint Seine qui en est le Président. Traditia compte une quinzaine de collaborateurs qui travaillent et conseillent nos clients dans différents domaines comme la gestion du patrimoine privé et la protection sociale. Pour faire simple Traditia dispose de 3 axes de développement principaux. La gestion financière, la protection sociale et l’immobilier par le biais de sa filiale Traditia Immobilier. Dans le domaine financier, on retrouve le conseil en investissement financiers et immobiliers, l’optimisation fiscale, l’ingénierie financière de l’entreprise et l’accompagnement d’associations cultuelles et le patrimoine associatif. Dans celui de la protection sociale, nous avons la Mutuelle Communale, l’accompagnement des particuliers, des travailleurs non-salariés, des professions libérales, des chefs d’entreprise et de leurs entreprises dans toutes les problématiques sociales comme la retraite, la santé, la prévoyance ou encore le passif social des entreprises. On peut également y intégrer la conception et mise en œuvre de complémentaires santé affinitaires. Et enfin l’activité immobilière à travers laquelle nous commercialisons des biens immobiliers.

5/ Vous êtes l’inventeur, le créateur de la « mutuelle communale », ce nouveau produit à l’air très compétitif sur le papier.

Robert Ottaviani: Il n’est pas seulement compétitif sur le papier il l’est dans les faits. Je voudrais revenir un instant sur la motivation qui a conduit à la création de la Mutuelle Communale. Je pense que ma petite histoire personnelle et que mon parcours sont, entre autre, l’aboutissement de la mise en œuvre de cet outil social qu’est la Mutuelle Communale. Loin de vouloir jouer le « chevalier blanc », j’ai voulu par ce biais contribuer à aider les gens le plus en difficultés. Permettre à ceux qui gagnent trop d’argent pour être aidés mais pas suffisamment pour vivre correctement, les oubliés qui ne demandent jamais rien, de ne plus renoncer aux soins et d’accéder une complémentaire santé à moindre coût. La Mutuelle Communale répond à cet objectif.
Elle permet une économie pouvant aller jusqu’à 40% et de ce fait elle libère du pouvoir d’achat. Seuls les tarifs sont low-cost. Les prestations offertes sont de très bonnes tenues dès le premier niveau de garanties où nous remboursons la chambre particulière, les médecines douces, l’automédication, toutes les vignettes à 100% et plein d’autres choses. Le contrat comprend également une garantie obsèques et une garantie assistance. La Mutuelle est accessible sans questionnaire médicale et sans limite d’âge. Tous les adhérents au contrat peuvent bénéficier, en cas de coup dur, du fonds de solidarité.
Convaincu que la pratique du sport est bénéfique sur la santé, nous participons, chaque année et pour chaque assuré de la Mutuelle Communale, à hauteur de 40€ sur la licence sportive. Par exemple une famille de 5 personnes, pratiquant tous un sport dans un club ou dans une association sportive, recevra 200€ d’aide dans ce cadre précis. Nous mettons également à disposition de nos adhérents l’application SANTEBOX. Cette application permet de se constituer, grâce à son smartphone ou à sa tablette, son dossier médical et de l’avoir à disposition 24h sur 24 et 7 jours sur 7. La Mutuelle Communale regorge de très nombreux autres avantages qu’il est difficile de développer dans une seule question. J’invite toutes les personnes intéressées à se rendre sur notre site internet pour en savoir plus ou pour nous contacter à l’adresse suivante : www.lamutuellecommunale.com

6/ Les dirigeants ont énormément de responsabilités et de pression. Comment Robert Ottaviani se détend t-il ? Sport, loisirs ?

Robert Ottaviani : Ma passion est de toute évidence ma famille. Mon épouse et nos 7 enfants. C’est en son sein que je me ressource et que je puisse mon énergie. J’essaye de passer le plus de temps avec eux et de partager un maximum de choses. Pour ce qui est de l’activité sportive, je pratique le vélo et la boxe. Cela me permet de me maintenir en forme. Culturellement, je chante dans une chorale. Un moment privilégié et magique. J’aime aussi lire et aller au cinéma. Ayant un emploi du temps particulièrement chargé, il n’est pas toujours évident d’être régulier dans mes activités sportives et culturelles cependant je fais mon possible pour être le plus assidu.

7/ Votre métier vous amène à collecter des informations confidentielles sur vos Clients. Comment assurez-vous la confidentialité et surtout la sécurité des ces dernières, tout en sachant que le web génère des problèmes de sécurité des données, mais également des problèmes d’E-Réputation ?

Robert Ottaviani: Un des éléments clé de notre métier est la discrétion et la confidentialité. Il est essentiel que nos clients ou adhérents puissent nous confier leurs problématiques en sachant que cela restera totalement confidentiel. L’ensemble de nos données sont stockées sur plusieurs serveurs sécurisés et sauvegardés quotidiennement. Chaque collaborateur du cabinet a accès uniquement aux données du portefeuille qui lui est confié. Internet ayant envahi nos espaces privés et professionnels, il est important de veiller à ce qui se dit ou s’écrit à notre sujet sur le Web. Cet espace de liberté que constitue « la toile » peut permettre le meilleur ou le pire. A partir du moment où une fausse information est diffusée, elle se répand comme une trainée de poudre transformant un mensonge en une vérité évidente difficile voire quasi impossible à faire supprimer. C’est pourquoi, depuis peu, nous avons décidé de mettre en place une veille internet afin d’être certain que ce que nous retrouvons, sur nos personnes ou nos activités, sur internet ou les réseaux sociaux soient conformes à la réalité.

Ils nous aiment !

 

    

  

Ils nous détestent !

   

 

 

Ils parlent de nous !