04 37 85 59 59

supervisé par
notre cabinet d'avocat

E-réputation entreprises

Parce que l’image de votre société est votre meilleur atout

VOTRE IMAGE SUR LA TOILE

Entreprises, quelle que soit votre taille, votre image sur la toile est devenue un enjeu stratégique et économique majeur.

Le monde de l’information économique a bien changé. Aujourd’hui, un prospect, un futur associé ou un nouveau collaborateur peut, en quelques secondes, avoir accès à :

Vos produits et à ses détracteurs,
A vos marques et aux commentaires malveillants sur ces derniers,
A vos annonces d’embauches et aux commentaires diffamatoires d’anciens salariés etc…
Ces informations étant néfastes et contre-productives pour votre structure, elles doivent être maîtrisées, nettoyées ou éradiquées.

LES SOLUTIONS D’E-RÉPUTATION ENTREPRISE

Net’Wash met en place une solution répondant aux besoins de votre société, de vos marques, évènements et produits.

Le droit à l’oubli, le déréférencement et globalement, la gestion de l’e-réputation, doivent être confiés à des professionnels. Net’Wash met en place une solution répondant aux besoins de votre société, de vos marques, événements et produits. L’équipe de l’agence travaillera de concert avec votre team communication ou l’interlocuteur de votre choix afin de préserver et respecter les objectifs marketing.

E réputation entreprise, image entreprise.

Quelques exemples de missions/services que nous réalisons pour les entreprises :

Création d’une stratégie technique de gestion de crise. Pour cela, nous mettons en œuvre plusieurs leviers de nettoyage :

Services Net Wash d'E réputation pour les entreprises

Enfouissement ou Ensevelissement

  • Audit et état des lieux,
  • Création d’une stratégie technique de gestion de crise par votre chef de projet dédié. (Bouclier Numérique)
  • Ensevelissement des contenus identifiés comme néfastes et diffamatoires,
  • Optimisation du référencement naturel de vos médias existants,
  • Création et dynamisation de vos réseaux sociaux (Facebook, Twitter…),
  • Création de blogs,
  • Création et mise en ligne de communiqués de presse,
  • Création et mise en ligne de contenus positifs,
  • Optimisation et mise en avant de contenus ou d’articles existants publiés sur le web,
  • Optimisation et mise en avant de contenus ou d’articles existants non publiés sur le web,
  • Suivi permanent…
En savoir plus
services juridiques e réputation entreprises

Juridique

  • Identification des auteurs des contenus injurieux et pages diffamatoires
  • Mises en demeure par nos avocats partenaires,
  • Constats d’huissiers,
  • Demande et gestion du droit de réponse,
  • Projet d’assignation,
  • Action en référé par nos avocats partenaires …ou par l’avocat de votre choix.
En savoir plus

Les dix conseils de Stéphane Alaux pour éviter les pièges de l’E Réputation Entreprise

Halte au massacre ! Entreprises et dirigeants : dix mesures immédiates pour éviter le pire par Stéphane Alaux

Afin d’anticiper sur les éventuels – et presque certains – problèmes à venir, il faut appliquer les trois principes suivants : – Méfiance : Le Web est le seul domaine où il faut voir le point noir sur la feuille blanche plutôt que l’inverse : on doit se méfier de tout ! Dès que l’on est actif sur le Net, quelque chose peut se passer. Il est donc nécessaire s’arranger pour que ce soit quelque chose de bien, mais si c’est mal, il faut l’avoir anticipé ; – Surveillance : Il faut être au chevet de sa notoriété, en tenant compte de tous les éléments qui sont publiés en rapport avec celle-ci. Pour cela, faites de la veille, avec un esprit critique. Cela veut dire des analyses régulières et fréquentes de ce qui se dit sur votre entreprise, son dirigeant, ses cadres etc. ; – Présence : Soyez présent. Pour lire ce qui circule et pour répondre très vite à ce qui pourrait nuire. Présent en termes d’occupation du terrain, à pied d’œuvre pour s’informer et connaître les dernières méthodes de nuisance et les contrer, se tenir au courant de l’évolution du média. Cela veut dire qu’il faut y consacrer du temps.
Le paysage est dessiné, on a compris, il faut regarder, surveiller et agir. Mais concrètement, comment fait-on ?

1. Chez vous, qui est Mme ou M. E-réputation ?

Première question : Y a-t-il quelqu’un qui s’occupe de votre e-réputation ou de celle de votre entreprise ? À ne pas confondre avec webmaster svp !!! Réfléchissez bien. C’est votre responsable de communication ? Votre directeur commercial ? Votre responsable digital ? L’une de ces personnes a-t-elle été formée à cette tâche ? Cela paraîtrait logique, certes, puisque ce sont ceux qui doivent toucher le Web de plus près au quotidien. Pourtant, après réflexion, déléguer votre image digitale ou celle de votre boîte à ce type de profil est plutôt inquiétant… Pourquoi ? Les cadres d’aujourd’hui sont en perpétuelle recherche de nouvelles opportunités professionnelles et ce phénomène est accéléré et facilité par le digital. Lorsque vous allez sur la page LinkedIn de vos collaborateurs cadres, vous pourrez voir la mention : À l’écoute du marché ! Avec un peu de logique, vous devriez rapidement additionner 2 + 2… Allez-vous confier la gestion de votre image à quelqu’un qui peut se retrouver chez votre concurrent dans quelques mois ?

2. Mieux comprendre le contexte

Un petit audit s’impose. Ça sert à quoi ? À effectuer une analyse quantitative (le nombre d’occurrences avec votre nom) et qualitative (la teneur des informations publiées). Cette analyse, qui combine à la fois les éléments de volume et ceux de qualité, débouche sur un résultat, que l’on appelle votre « notoriété » pour la partie quantitative et votre « réputation » pour la partie qualitative. La réputation sur Internet devient donc votre e-réputation et cela correspond à la qualité des contenus rédactionnels vous concernant, vous, votre entreprise, vos collaborateurs et partenaires, notamment sur les réseaux sociaux les plus connus. Que faire de tout cela ? Ces résultats valent pour ce qu’ils sont le jour où ils sont constatés. On ne parle pas de données gravées dans le marbre ! Toutefois c’est un très bon indicateur de ce qu’il faut changer, améliorer ou contrer. Le faire une fois ne suffit pas ; réaliser ce petit audit deux fois par an permet de « savoir où on en est » pour pouvoir corriger le tir…

3. Que faire en cas de crise ?

D’abord, qu’est-ce qu’une crise ? C’est quand le pavé est finalement tombé dans la mare et que vous ou votre entreprise êtes bien éclaboussés ! C’est là qu’il faut se faire accompagner. Inutile de tergiverser, vous n’êtes pas équipé pour faire face à ce genre de problème ! Il faut contacter rapidement une agence d’e-réputation, qui fera aussitôt le nécessaire, c’est-à-dire, en priorité, le s’adresser à un avocat spécialisé qui mettra immédiatement en place un dépôt de plainte et/ ou un constat d’huissier des propos diffamatoires ou dénigrants. Une fois le constat d’huissier réalisé et la partie légale du dossier traitée, l’agence d’e-réputation va commencer son travail d’enfouissement des liens nuisibles. Attention, sur le plan légal, la poursuite pour diffamation n’est possible que pendant trois mois (dernier délai). Au-delà, l’accusation sera requalifiée en simple dénigrement, s’il y a matière à, évidemment.

4. Il est urgent de prendre son temps

Dans les cas de crise – et c’est valable pour toutes les crises –, il faut agir dans l’urgence, mais pas dans la précipitation. La précipitation est synonyme de « grosse bêtise » ! En effet, il est très tentant d’appeler le magazine people ou la feuille de chou du coin qui alimente ses colonnes avec les poubelles de la jet set locale… Là comme ailleurs, le retour de bâton existe. Sur le Web, ça s’appelle autrement : c’est l’effet Streisand (du nom de la star prénommée Barbra qui a récolté des millions de vues d’une vidéo que seules cinq personnes avaient visionnée au moment de son dépôt de plainte !!!). Pour traduire cela en bon français, l’effet Streisand est un phénomène médiatique au cours duquel la volonté d’empêcher la divulgation d’informations que l’on aimerait garder cachées – qu’il s’agisse de simples rumeurs ou de faits véridiques – déclenche le résultat inverse. Donc, c’est NON pour l’envoi des petites infos malveillantes, qui peuvent se retourner contre vous, comme nous venons de l’évoquer. Si vous devez faire face à une crise, c’est le professionnel qui prend les décisions d’agir, en accord avec vos souhaits et vos besoins et non votre état nerveux…

5. Une seule option, se faire accompagner

Avez-vous l’impression que vous aurez le temps et les compétences en interne pour traiter cette crise dans la durée ? Que vous avez déjà un avocat et qu’il saura faire ? Si c’est le cas, vous prenez un risque. Cette gestion de crise requiert un sang-froid à toute épreuve, des compétences spécifiques et de l’audace. La meilleure démarche est d’abord de contacter une agence d’e-réputation, qui sera capable d’analyser le problème, de déterminer le degré de nécessité et de hiérarchiser les étapes. Et également de choisir le cabinet d’avocat déjà spécialisé dans le domaine. Par ailleurs, elle multiplie les actions pour enfouir la mauvaise presse et mettre en avant les avis et contenus positifs : l’équipe entreprend de publier des commentaires dans les forums et blogs pour qu’on parle en bien de la marque ou de la personnalité publique. Elle incite les internautes à réagir et n’hésite pas pour cela à ouvrir un livre d’or pour contrer les articles jugés diffamatoires.
Elle va créer des minisites faciles à gérer, qui pourront atteindre la première page des moteurs de recherche comme Google avec un bon référencement. Le message positif passera ! L’intervention sur les blogs et forums est préconisée, car elle représente un moyen efficace pour suivre de près l’évolution de la situation et anticiper les signes de crise. La gestion de l’e-réputation implique aussi de bien gérer les relations avec la presse, car il ne faut pas oublier qu’à l’ère numérique, ce qui se dit dans la presse commence parfois sur la Toile…

6. Comment choisir la bonne agence d’e-réputation ?

En cas de crise à gérer, l’agence est incontournable. Mais elle l’est encore plus pour éviter la crise, via la mise en place d’une stratégie de prévention. Les 10 points que j’aborde ci-dessous sont cruciaux pour choisir votre futur Nettoyeur de Net. J’ajoute que la non-réponse à tout ou partie de ces 10 points est éliminatoire.
1. L’agence doit être dotée d’équipes de chefs de projets et de webmaster spécialisés en SEO (référencement naturel). Les agences de référencement et les agences e-réputation ont le même terrain de jeux.
2. Justifier d’une expérience de SEO de plus de dix ans. Beaucoup de « bricoleurs » du Net s’improvisent « expert en e-réputation » mais n’ont pas plus de quelques mois d’expérience. L’odeur de l’argent attire toujours beaucoup d’usurpateurs… Ce critère des dix ans réduit de 95 % l’effectif des agences à sélectionner.
3. Être capable de montrer du résultat et de donner des références.
4. Posséder ses propres équipes de rédacteurs. Le top étant d’avoir des rédacteurs natifs pour les langues étrangères.
5. Avoir établi des partenariats avec des acteurs reconnus, « pointures » dans le domaine juridique (exemple : www.alain-bensoussan.com).
6. Posséder sa propre technologie d’enfouissement.
7. Disposer d’un département R&D pour anticiper les évolutions de l’algorithme…
8. Être capable de proposer des garanties de résultats, par exemple : le nettoyage de la première page de Google GARANTI.
9. Travailler avec une équipe composée au minium de trois intervenants : – Chef de projet senior. – Expert SEO. – Rédacteur senior.
10. Assurer la confidentialité.

7. Surcommuniquer

« Surcommuniquer », ça veut dire quoi ? Cela veut dire que l’entreprise, la personne ou le produit doivent être régulièrement évoqués, présentés, discutés sur le Web, et ce, de manière positive pour que le volume d’éléments positifs soit supérieur au volume d’éventuels éléments négatifs ! D’où la finesse : en faire beaucoup sans que cela ait l’air d’être trop…
On l’aura compris, il faut être présent sous de nombreuses formes : le visuel sympa, la petite phrase philosophique qui positionne le personnage parmi « les gens biens », exposer des attitudes médiatrices quand on s’exprime sur un sujet polémique…
Si vous, votre entreprise ou ses produits sont attaqués, il ne suffit pas d’arriver à supprimer les propos diffamatoires (on a déjà vu qu’ils ne sont jamais vraiment supprimés). Il faut que l’impression laissée par ces propos soit gommée par les effets valorisants des autres nombreuses publications positives.
La e-réputation n’est pas seulement quelque chose qui se mérite, c’est quelque chose qui se construit et que l’on se doit de construire soi-même avec soin. La solution « cosmétique » est donc de communiquer. Certes. Il faut aussi que ce que l’on dit de bien soit vérifiable ! Soyez respectueux de vos amis, de vos collaborateurs et ils vous respecteront. Vos salariés travaillent tous les jours dans votre entreprise. Ils en connaissent les rouages, la culture (qui passe du dirigeant aux cadres, etc.).
Si leur ressenti est bon, les éléments qu’ils laisseront filtrer dans leurs posts en profiteront. D’autre part, les collaborateurs ne sont pas éternellement reliés à votre activité, à votre business. Ils iront ailleurs, tant mieux si cela se fait dans la douceur et l’harmonie. Si ce n’est pas le cas, évitez de leur donner des arguments contre vous…

8. Faire de la prévention

L’émergence des réseaux sociaux et le partage de l’information ont contribué à la prise de conscience que l’image de marque d’un produit ou d’une entreprise sur Internet est un défi majeur. L’e-économie est devenue un vecteur de développement incontournable pour toutes les entreprises, toutefois le commerce sur le Web est un sujet à manier avec des pincettes… Car la réussite de cette économie passe aussi par une bonne réputation sur le Web, c’est tout l’Intérêt de la e-réputation.
Mon entreprise a très tôt compris les enjeux du Web et apporté quelques solutions pionnières dédiées à l’e-réputation des personnes et des entreprises ; c’est ce qui m’autorise à adopter un positionnement « murphysien » (avec mes excuses pour cet aphorisme sur ladite « loi de Murphy ») et évoquer le fonctionnement et les actions qui s’imposent pour éviter les plus gros dégâts et anticiper le fait que « ce qui risque d’aller mal ira mal ! »…
Cette expérience m’a conduit à mettre en place une équipe de professionnels qui accompagne les sociétés dans le contrôle de leur image sur le Net, via différents types d’actions, dont le bilan de l’e-réputation pour la prévention d’éventuelles crises, les conseils organisationnels, l’optimisation du référencement naturel, la mise en place de contenus positifs, la suppression des posts diffamants et le « noyage » des éditoriaux négatifs.En fonction de la situation, le cabinet intervient également sur les forums, les sites d’avis et les blogs pour gérer les frustrations, publier les comptes rendus de condamnation, gérer les problèmes liés à la qualité des produits et aux retards de livraison, etc.
À l’époque où les entreprises étaient bien moins présentes sur le Web, les problèmes commerciaux comme les incidents « qualité produits » n’entraînaient aucune réelle conséquence néfaste. C’est terminé ! Le Web 2.0 ayant rendu le consommateur acteur de sa consommation, les informations se propagent instantanément et, quand elles sont négatives, peuvent représenter un grand danger pour les entreprises ayant des produits ou des services à commercialiser. L’e-réputation est donc un élément à surveiller constamment, d’une part, pour éviter les crises et, d’autre part, pour mettre en place des mesures nécessaires en cas de problèmes. En maîtrisant sa réputation numérique, une structure consolide automatiquement son image de marque et réduit les risques liés à son chiffre d’affaires ou sa force de vente. C’est pourquoi il est indispensable de réaliser un audit qui va se concentrer, entre autres, sur ce qui se dit sur Internet. Sur sa plateforme web, le cabinet offre aux sociétés l’opportunité d’effectuer un audit de leur réputation sur la Toile. La prestation est gratuite et permet à une entreprise de faire rapidement un point sur sa situation pour prendre efficacement le contrôle de son image.

9. Tout surveiller

Pour anticiper correctement, il faut pouvoir situer l’origine potentielle des attaques et « tirer plus vite que son ombre »… Pour pouvoir surveiller ce qui se dit sur soi, il faut aller partout et le faire de manière professionnelle, en veillant à mettre à jour les mots-clés et tous les vecteurs de recherche. On peut toujours écumer les pages de Google chaque jour, mais l’efficacité de cette solution est très faible et c’est une grande perte d’énergie !!! Heureusement, il existe de nombreuses solutions de veille plurimédia : Mention, Prixan, Sindup, Brandwatch, Hootsuite, Digimind, Meltwater, Alerti, etc. Ces solutions professionnelles permettent de surveiller toutes les sources d’information web telles que sites, blogs, forums, réseaux sociaux, vidéos, images… On a ainsi le moyen d’être tenu informé en temps réel de ce qui se dit sur soi ou son activité. On peut aussi opter pour des outils spécialisés, comme Pickanews, Docteur Tweety, 123people, YouSeeMii, SocialMention, etc.
Aussi surprenant cela soit-il, ce type d’opérations demande de l’organisation : un plan de veille doit être mis en place pour savoir où chercher et quelles sources doivent être surveillées. Il faut aussi travailler une liste des mots-clés associés à la recherche, afin de pouvoir hiérarchiser les alertes par ordre d’importance, ou d’urgence… Ce plan de veille et les listes doivent être mis à jour régulièrement car le contexte évolue très vite, les concurrents et leurs produits aussi… C’est donc un véritable job à plein-temps, incontournable pour la bonne santé de l’entreprise, qui doit être affecté à quelqu’un en interne ou délégué à un cabinet spécialisé.

10. Fin du discours : on reprend !

Pourquoi j’insiste sur le fait que vous devez vous occuper de votre e-réputation ??? Tout simplement parce que c’est vital pour votre activité, pour vous, pour la sauvegarde de ceux qui vous entourent… Tout simplement parce que, pour beaucoup d’entre nous, notre « boîte », ce n’est pas seulement du CA et de la marge… C’est notre vie, c’est dans notre ADN ! Ce sont des heures d’insomnie, du temps que l’on n’a pas passé avec des êtres chers, des doutes, des déceptions mais aussi de grands moments de bonheur et des victoires ! Mais notre « boîte », c’est surtout ce que l’on va laisser derrière nous… Et ça, on ne peut pas le confier à n’importe qui. Pour moi la personne idéale pour gérer votre e-réputation, c’est VOUS, et la première étape pour ce faire, c’est de prendre conscience que c’est un vrai sujet et qu’il faut s’en occuper en amont et non pas une fois qu’il est trop tard.

Stéphane Alaux.


Contactez

Un de nos experts

Quel que soit votre corps de métier, si vous êtes sur internet, vous êtes aujourd'hui concerné par l'e-réputation.
Nous essayons de proposer des solutions adaptées aux problématiques spécifiques de chacun.

We call

you back




livre e reputation empreintes digitales